Lâchez prise des buts dépassés

On croit parfois que le lâcher prise consiste simplement à rester calme, à devenir zen… Mais le lâcher prise est beaucoup plus. Découvrez cette capacité unique qui permet d’accepter ce que nous ne pouvons pas contrôler, pour nous libérer du passé et de la souffrance.

Le Podcast

Profitez aussi des outils que je vous propose pour y parvenir! Car c’est parfois en perdant quelque chose que nous trouvons beaucoup plus.

En quoi consiste le lâcher prise?

Le lâcher prise consiste à être capable de modifier son regard sur le monde, à s’ouvrir à l’imprévu sans devoir se battre sans cesse. Le lâcher prise rime aussi avec acceptation, pardon, et demande parfois de faire le deuil de ce à quoi l’on tient.

Il vous a probablement été donné de rencontrer des personnes qui dirigeaient continuellement leur colère contre des détails qui vous paraissaient futiles. Ces personnes empoisonnent leur vie et entretiennent une inépuisable révolte intérieure qui est source d’émotions négatives.

Comme le parachutiste qui s’élance dans le ciel, le lâcher prise est un véritable «acte de foi» dans la vie.

Mais une attitude aussi extrême n’est pas nécessaire pour s’emprisonner dans des pensées et des émotions douloureuses. L’incapacité à accepter les événements, surtout ceux qui nous font souffrir, génère des souffrances qui peuvent se poursuivre pendant toute une vie…

lorsqu’on a de la difficulté à lâcher prise, vous pouvez avoir la certitude que quelques-unes des «distorsions cognitives» sont en train de causer leurs habituels dégâts.

Vous voulez des exemples?

En voici trois.

1. La culpabilité

Nous souffrons parce que nous croyons que nous aurions dû faire les choses différemment. Ce faisant, nous ne pouvons décrocher de l’idée que nous avions un contrôle et que nous aurions pu éviter quelque chose (et/ou faire les choses différemment).

À ces occasions, non seulement nous surestimons (infiniment) le contrôle que nous avions sur la situation (si nous n’avons jamais eu quel que contrôle que ce soit), mais nous oublions que la situation est passée et que nous ne pouvons pas revenir en arrière.

Cette culpabilité revient donc à s’automutiler mentalement…

2. L’autodénigrement

L’autodénigrement est le petit frère de la culpabilité. Plutôt que d’accepter la réalité et de lâcher prise, il entretient l’idée que plus nous souffrons, plus nous accordons de valeur à la situation que nous regrettons, et plus cela nous donne de l’importance.

Malheureusement, cette autoflagellation ne mène absolument nulle part elle non plus…

3. Le doute de soi

La difficulté à lâcher prise vient souvent du fait que nous nous mettons en doute. Lorsque nous accordons trop d’importance à ce que pensent les autres, nous abdiquons à exercer notre propre volonté et à vivre de manière authentique.

L’estime de soi est donc un élément clé à développer pour réussir à lâcher prise.

Ce ne sont que trois exemples, et je pourrais vous en donner au moins 97 de plus! Mais ce serait un peu long… et je préfère aborder les solutions. Ces manières tordues de voir la réalité entretiennent donc en nous des émotions désagréables avec lesquelles nous vivons parfois depuis de nombreuses années.

En fait, quand on s’autodénigre et qu’on culpabilise, quand on vit de la colère ou du découragement, c’est souvent parce qu’on a pris l’habitude d’entretenir ces émotions à travers nos pensées et notre manière de voir la réalité.

Pour réussir à lâcher prise, il faut donc accepter d’apporter certains changements dans notre manière de voir le monde et de nous percevoir.

Écriture

Je vous propose un exercice de réflexion : dans les exemples cités, que pouvez-vous écrire sur vous-même ? Colère, culpabilité, découragement ? On en parle sur le forum pour ceux qui souhaitent allez plus loin.

A suivre…

Author: Annawenn

“L'écriture est une forme de thérapie ; je me demande parfois comment tous ceux qui n'écrivent pas, ne composent ni ne peignent, parviennent à échapper à la folie, à la mélancolie et à la peur panique qui sont inhérentes à la condition humaine.”